Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

images-5172.JPG

 

 

Utilisé depuis des millénaires au Japon le kohzo est un papier issu du mûrier très utilisé chez les nippons. A l’origine de la marque: Shauket Imam pour qui la nature et ‘l’autre’ détiennent une place déterminante. L’Histoire, la connaissance et la tradition, que le créateur affectionne particulièrement, sont ici associées au jean et à la finesse asiatique. Kohzo a su assortir la facilité d’un basique à la minutie et au culte du beau japonais.

 

Des collections travaillées avec toute l’attention que l’on retrouve dans le luxe, des détails d’argent pur sur les manches d’une chemise en jean...

 

Le parcours du créateur

 

Le chemin était tout tracé pour se rejeton d’industriels du textile…Kohzo étudie dans un premier temps l’ingénierie textile, mais ce n’est pas ce qu’il désire faire de sa vie. C’est le design qui l’attire, il intègre alors la prestigieuse Central Saint Martins College of Arts and Design. Pendant une petite vingtaine d’années, Khozo travaille au sein de Levi’s® et développe notamment Levi’s® Allemagne, Levi’s® Belgique mais l’envie de travailler pour soi, de se sentir responsable se manifeste de plus en plus et fait son cheminement…

 

« Les années passant je suis devenu plus naturel et plus responsable, je souhaitais prendre une autre direction et démontrer que nous pouvons vivre ensemble, continuer une histoire et le faire d’une manière différente, avec plus de respect et moins de gaspillage.»

 

La philosophie de la marque ?

 

« Le denim est l’un des produits les plus dangereux, l’un des plus sales, l’un des plus grands consommateurs d’énergie et d’eau. Une industrie dans laquelle les salaires sont exagérément bas et où travaille un nombre extraordinaire de personnes. Le coton le moins cher est utilisé dans la fabrication de denim. Mon idée est de rapprocher l’Occident et l’Extrême-Orient par le biais d’un basique, de savoir-faire et de techniques ancestrales que l’on retrouve au Japon.

 

images-4872-1-.JPG

 

Pourquoi avoir vingt jeans dans sa garde-robe alors que seuls deux sont nécessaires? Mais deux pièces qui soient de belle qualité et perdureront dans le temps. Il est possible de faire de la mode tout en respectant l’ordre des choses !

J’ai choisi de m’établir au Japon et en Suisse parce ce que je voulais démontrer qu’il est possible de réussir dans des pays où tout est très cher et où les niveaux d’éducation sont très élevés. A cette époque, tout le monde pensait que j’étais fou et que ça ne marcherait pas.

 

En 2002, j’étais prêt à entrer sur le marché européen, et mon ami Armand m’a beaucoup aidé dans cette optique. Je voulais démontrer à l’industrie qu’il est possible de vendre un produit plus cher, de qualité. »

 

Quel est le style Kohzo?

 

«Ce sont des jeans originaux et faciles à porter, tantôt habillés, tantôt casual, qui sont fabriqués avec des produits naturels (matières et teintures) et laissent respirer la peau.»

 

La nature et le respect d’autrui revêtent un caractère important au sein de Kohzo…

 

« Je veux que mes produits soient naturels et non dangereux. Le coton utilisé pousse au Zimbabwe en haute altitude il n’y a donc pas besoin d’utiliser des pesticides, il est ramassé à la main et les producteurs vivent de leurs terres. L’indigo provient de l’île d’Hokkaido , c’est aussi une façon d’aider les cultivateurs. Depuis des millénaires, les teintures animales et végétales sont utilisées et fonctionnent très bien. Pourquoi ne pourrait-on pas l’appliquer à la pièce la plus portée sur la planète ? Cette idée fait partie intégrante de mon projet.

 

En Suisse, je teste, cherche et façonne de nouvelles idées. Je collabore notamment avec Dupont sur des matières innovantes telles que le kevlar. Le lavage des jeans est réalisé avec des coquillages réduisant ainsi le temps de lavage et par là même l’utilisation d’énergies.

images-5302.JPG

 

Pas de fixateur chimique, mais de la résine (de pin par exemple ), de la cire d’abeille ou bien encore de l’huile de morue (très utilisée dans les cosmétiques au Japon) qui assouplit le tissu et fixe les couleurs et les effets. Nos teintures sont fortes et ne bougent pas dans le temps contrairement aux jeans que l’on trouve généralement dans l’industrie, le noir est par exemple obtenu grâce au Sumi, l’encre traditionnelle japonaise issue à partir de poudre (cendres) végétale. Les effets sont réalisés avec des matières nobles comme de la poudre de porcelaine et contrairement à l’industrie qui emploie généralement de l’eau de javel pour créer les plis sur les jeans, chez Kohzo nous le ferons avec du sel !

 

Nous continuons ainsi à avancer dans une industrie où les réflexes écologiques sont quasi inexistants. »

 

Quels sont les projets d’avenir?

 

« J’ai envie de donner à Kohzo une nouvelle dimension, de pérenniser les actions que j’ai développé, que notre manière de penser soit la plus partagée possible, c’est pourquoi je recherche des associés et des investisseurs. Le marché asiatique est en pleine mutation, il est tout à fait possible de faire passer des messages… Je suis en train de créer Kohzo China où je me suis associé avec l’une des plus grandes sociétés de distribution. Nous allons faire du ‘co-branding’ , début 2013 se seront quelques 600 boutiques de mode féminine et une centaine de boutiques pour l’homme qui accueilleront mes créations. Mon rêve asiatique est en passe de se réaliser !»

 

Le mot de la fin

 

«Je pense qu’il est possible de faire avancer les choses ! »

 

kozo.jpg

 

le site de la marque

Tag(s) : #Interviews Mode Ethique

Partager cet article

Repost 0